Affaire de la MGP : déjà 282 plaintes de policiers !

share on:
Capture d'écran du site de la MGP

Révélée par RTL deux semaines après le double assassinat des policiers Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider à Magnanville par le terroriste islamiste Larossi Abballa, ce qu’il convient d’appeler l’affaire de la MGP semble prendre de l’ampleur.

Il convient de souligner que les policiers ont l’obligation de choisir une des mutuelles de la police nationale, dont fait partie la MGP, dans le cadre du régime obligatoire de l’assurance maladie. Un choix que certains, en l’espèce, sont en droit de regretter.

En effet, ce sont 112.000 données personnelles de policiers et de leur famille qui ont été purement et simplement mises en ligne par un collaborateur de la Mutuelle Générale de la Police (MGP) sur un serveur, en juin 2016, sans que l’on ne sache pour l’heure le mobile de l’auteur, dont l’identité quant à elle a été soigneusement cachée, bien que nous savons qu’il était en poste à l’antenne de la mutuelle basée à Limoges.

(Lire notre précédent article relatif à l’affaire de la MGP)

Dans un contexte de menace terroriste où il est avéré que les fonctionnaires de police sont des cibles, l’affaire a suscité un certain malaise au sein des forces de l’ordre concernées, qui ont reçues de la part de leur mutuelle un courrier visant à les rassurer.

A l’évidence, cela n’est pas suffisant, puisque ce sont déjà 282 adhérents qui ont déposé plainte par l’intermédiaire de l’avocat lyonnais Me Gabriel VERSINI en date du 18/08/2016.

Maitre Gabriel VERSINI, avocat au barreau de Lyon
Maitre Gabriel VERSINI, avocat au barreau de Lyon

Contacté par nos soins, maitre Gabriel VERSINI a confirmé cette information, précisant avoir saisi le parquet de Limoges, territorialement compétent, en visant cinq infractions : défaut de sécurisation des données, divulgation intentionnelle de données confidentielles, détournement de finalité de données, usage de données d’identification d’autrui, et mise en danger d’autrui.

Des fonctionnaires de police actifs ont déjà effectué une demande de protection fonctionnelle, l’Etat étant tenu d’assurer leur défense dans ce genre de situation.

De quoi faire grincer des dents l’administration policière, dont il appert au vu du peu d’informations communiquées à la presse eu égard à la gravité de cette affaire qu’elle a visiblement tenté, probablement en accord avec la Mutuelle Générale de la Police, d’en minimiser les retombées.

Maitre Gabriel VERSINI rappelle par ailleurs que les policiers concernés qui n’ont pas encore déposé plainte peuvent le faire en téléchargeant ce formulaire (Lien : Formulaire) et en l’adressant à son cabinet :

Me VERSINI Gabriel
18, Cours Lafayette
69003 LYON

Une affaire à suivre, dont nous ne maquerons pas de vous tenir informés des développements.

La rédaction