Affaire Neyret : il y aura bien un nouveau procès

share on:
Michel Neyret et son avocat Gabriel Versini au tribunal correctionnel de Paris le 3 mai 2016.  (MAXPPP)

Alors que la décision du Tribunal Correctionnel de Paris, ayant condamné à 30 mois de prison ferme l’ancien Commissaire Divisionnaire Michel Neyret, aurait pu marquer le point final de 5 années de procédure, le Parquet de Paris a décidé d’interjetter appel.

Il y aura donc une nouveau procès, devant la Cour d’Appel de Paris, où seront rejugés d’ici deux ans Michel Neyret, mais aussi d’autres protagonistes de cette affaire, notamment deux de ses subordonnés qui avaient été relaxés en première instance.

L’ancien N°2 de la PJ lyonnaise ayant effectué une période de détention provisoire de 8 mois, la peine restant à effectuer au prononcé de la sanction, inférieure à deux ans, lui permettait de rester libre. Cette liberté est désormais à nouveau sur la sellette.

Parallèlement, l’homme « par qui le scandale est arrivé », en la personne de Yannick Dacheville, condamné en 2014 par défaut à une peine de 12 ans de prison et 1 million d’euros d’amende, vient d’être arrêté en Août à Dubaï dans le cadre d’un mandat d’arrêt international délivré par la justice française, après 5 années de cavale.

Le nommé Yannick Dacheville avait contacté téléphoniquement une figure du milieu lyonnais en la personne de Gilles Bénichou, pour solliciter de l’assistance après la saisie de 111kg de cocaïne dans un appartement en région parisienne. Gilles Bénichou avait alors affirmé pouvoir le tirer d’affaire grâce à une connaissance dans la police qui ne « pouvait rien lui refuser », en l’occurrence Michel Neyret. Une affirmation qui n’aura pas échappé aux enquêteurs qui surveillaient les appels téléphoniques des intéressés.

Gilles Bénichou, ainsi que son cousin Stéphane Alzraa, ont tous deux été condamnés par défaut lors du procès Neyret le 5 juillet 2016. Toujours en fuite, ils sont sous le coup l’un et l’autre d’un mandat d’arrêt international.

Leur interpellation possible d’ici le procès en appel serait à même de permettre d’éclaircir un peu plus les circonstances dans lesquelles le grand flic lyonnais a pu se retrouver de l’autre côté de la barrière.

Cependant, selon l’un des avocats de Michel Neyret, Me Gabriel Versini, l’annonce de l’appel du Parquet est une lourde épreuve pour son client, qui serait « effondré », tant il pensait pouvoir enfin se reconstruire après toutes ces années.

Il en est certainement de même pour ceux qui avaient bénéficié d’une relaxe, et qui devront patienter encore deux ans avec une épée de Damoclès au dessus de la tête !

La rédaction