Bombardement occidental en Syrie : plus c’est gros …

share on:
Capture d’écran 2018-04-14 à 18.39.14

Déjà, lors de l’intervention américaine en 2017, nous critiquions l’absence de preuve concernant un « raid chimique » du gouvernement syrien. De fait, depuis lors personne n’a avancé la moindre explication sur cette supposée attaque. Cette nuit, une équipée occidentale emmenée par les USA a de nouveau bombardé en toute illégalité ; l’agression se basant, là encore, sur des allégations parfaitement infondées.

Le régime de Bachar Al Assad n’a en effet aucun intérêt à manier l’arme chimique alors qu’il est en passe de remporter la guerre contre les rebelles et que Daech a quasiment disparu de son territoire.

L’opinion internationale ne cesse de subir les manipulations de toutes natures. C’est vrai depuis toujours, mais, développement médiatique oblige, cela ne fait qu’empirer. Sans revenir sur l’énormité de la « forêt de Katyn » en 1940, chacun garde en mémoire le « faux charnier » de Timisoara, l’affaire des « couveuses » au Koweït, ou celle des armes biologiques en Irak. On en passe et des meilleures.

Il suffit qu’une vidéo soit diffusée par on ne sait qui montrant quelques enfants en pleurs pour que les puissances déclenchent le feu des missiles sous prétexte de gaz toxique !

Quel gogo croira sans rire que le seul but des pays agresseurs serait d’imposer une juste éthique et de « punir » un méchant dictateur ?

Plus que jamais il devient urgent de garder son libre arbitre et de se garantir de manœuvres relayées à l’envie par les médias serviles : lors de la récente intervention télévisuelle de Monsieur Macron, le journaliste n’a pas cillé quand le président déclarait avoir les preuves de l’attaque toxique de Bachar. Quelles preuves ? Alors même que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’a pas pu se dérouler précisément à cause des bombardements occidentaux !

L’interview de Monsieur Macron avait lieu dans la classe d’une école communale. Il n’y a effectivement plus que des enfants pour croire à toutes ces sornettes !