Les caciques d’Erdogan veulent faire la loi en France

share on:
Capture d’écran 2018-05-30 à 16.26.13

On a atteint le week-end dernier certaines limites du supportable. Dans plusieurs communes, dont Valence (Rhône-Alpes), des partisans du très contesté président turc ont voulu interdire l’affichage de l’hebdomadaire Le Point avec, à la clef des menaces aussi diverses que violentes ! Il figure sur le numéro en question le portrait du leader affublé du mot « dictateur ». Des caciques ont donc tenté de laver « l’affront » en exigeant le décrochage de cette publicité dans les kiosques.

On croit évidemment rêver. Qu’est-ce que des Turcs viennent s’immiscer dans les affaires de notre pays ? La parole est sensée libre en France (encore que…) : nous ne sommes précisément pas en Turquie !  Nous avons à faire ici à un vrai scandale qui montre les dérives du communautarisme. Le personnel politique dont Monsieur Castaner peut bien s’offusquer. Il devrait faire en sorte de ne pas accueillir tant d’étrangers qui se croient chez eux en France. Ce n’est pas notre pays qui doit se soumettre aux usages des arrivants, mais l’inverse

La région Rhône-Alpes est d’ailleurs concernée : les Turc annoncent que notre territoire ne compte pas moins de 200 000 membres. Et Saint-Étienne, dont le maire est un fan du communautarisme, autorise chaque année un immense festival consacré à la Turquie. Il a duré quatre jours cette année ! Cette identité dispose aussi d’une grande mosquée construite sur un terrain qui appartenait à la ville et de nombreux lieux de réunion…

Nous soutenons dans cette affaire l’hebdomadaire « Le Point » et incitons le public à acheter le numéro polémique. On se demande bien d’ailleurs pourquoi tant de controverses puisque Monsieur Erdogan (qui avait eu du reste l’autorisation de faire un meeting à Lyon il y a quelques mois), est, selon des critères admis par tous, un authentique dictateur : il muselle l’opposition comme la presse et persécute les minorités ; la description habituelle du tyran. Par ailleurs ce personnage caresse l’idée farfelue de reconstituer le Califat d’ici quelques années. Rien de moins. Dans cette perspective, il encourage la diaspora à faire des enfants pour construire une force dans les pays occidentaux. Il est vrai que l’Empire ottoman (1299-1923) avait conquis un territoire devenu immense à son apogée. Rappelons quand même qu’il s’était fait botter les fesses à Vienne (1529 et 1683) ; à Lépante en 1571 ainsi qu’en bien d’autres circonstances ; et qu’au bout du compte il avait été soumis par les alliés victorieux de la Première Guerre (dont bien sûr la France).

Les partisans de l’AKP et Monsieur Erdogan feraient mieux de reconnaître le génocide dont les Turcs se sont rendus coupables envers les Arméniens plutôt que de créer le désordre à l’étranger et de courir après des chimères.