Le caractère décisif de la « Préférence nationale »

share on:
Capture d’écran 2018-01-15 à 20.21.12

La démographie mondiale et la politique migratoire inquiètent aujourd’hui les plus mesurés. Chacun se rend compte que la concomitance de ces deux facteurs met en danger notre économie, notre sécurité et notre identité. On se dit que l’explosion du nombre des habitants en Afrique, qui va passer en quelques années de un à trois milliards représente une menace considérable pour l’Europe et donc pour la France.

Il n’y aura certainement pas de solutions envisageables pour réguler les naissances sur le continent noir. Il ne semble pas non plus, compte tenu des tensions qui s’y manifestent que la paix globale va y régner bientôt ! Qui dit conflits, dit migrations. Par ailleurs, les pays concernés sont en grande difficulté économique, ces crises sont elles aussi propices aux déplacements : destination l’Europe, et plus précisément la France qui comme chacun sait est extrêmement généreuse avec les ressortissants étrangers, et encore plus avec les clandestins.

Or, les populations accueillies sont d’aspects et de cultures très dissemblables de celles que l’on trouve majoritairement en Europe. Elle pourrait rapidement changer la nature même de notre société, son héritage, ses traditions…

Lorsqu’on exprime ces problèmes, l’interlocuteur répond souvent : « mais quoi faire : on ne peut pas ériger des murs et installer des barbelés, disposer des militaires tous les dix mètres ? Un affamé, une personne décidée pourra toujours franchir les obstacles ! »

Ce n’est pas faux, encore que Donald Trump semble avoir un tout autre point de vue !

Bref, il semble, pour ce qui intéresse la France, qu’une mesure referme l’ensemble des solutions, et ce, sans qu’il n’y soit question d’enceintes et de mobilisations militaires hors de budget : la préférence nationale.

Cette disposition, hélas polémique pourrait être mise en place pourtant simplement : elle existe déjà pour l’emploi des fonctionnaires, et de nombreux pays à travers le monde l’utilise dans divers domaines comme l’accès à la propriété, ou aux soins. Pourquoi donc des étrangers se presseraient-ils aux frontières de notre pays s’ils n’avaient rien à attendre. Rien en matière d’aides publiques, rien dans la sphère de l’éducation (sauf vrais étudiants), rien pour la santé (sauf urgence, cela va sans dire !), rien dans le secteur du logement, rien dans celui de la naturalisation, etc, etc…

Une vraie martingale. Il ne manque plus que le courage politique !

Julien Gibert