Changement du climat : vous y croyez, vous ?

share on:
Climat

Harvey, Irma, sécheresses, inondations, tremblements de terre, épidémies…toute catastrophe naturelle représente l’occasion de nous seriner en nous accusant de la dérégulation météorologique. Cela semble une évidence, un axiome. L’ensemble du système politico-médiatique nous oblige à le gober. Il organise à grands frais des messes (Cob 21) avec de grands prêtres (Laurent Fabius) pour subjuguer les naïfs, enrôler les futurs repentants.

Certains climatosceptiques se sont fait insulter, traités de RÉVISIONNISTES.

Il sera bientôt interdit de mettre en doute le réchauffement, et la culpabilité de l’individu.

Cette cause va rejoindre le groupe très fermé des fondements inviolables, celles qui sont protégées par des mesures de type « loi Gayssot ». On ne pourra pas plus nier le changement climatique que critiquer l’homosexualité, l’Islam ou l’avortement.

Et bien, puisqu’il est encore temps de le dire, voilà : Je ne crois pas au réchauffement climatique dont l’humanité serait responsable !

Ceci étant dit, je ne suis pas de spécialiste, et ma posture s’inscrit dans le cadre du doute que fait surgir en moi toute affirmation « incontestable » du système. C’est pourquoi je demande à ce qu’un débat contradictoire soit organisé entre scientifiques : les tenant de la cause et des climatosceptiques. Il y a urgence, car nous savons bien que les autorités vont bientôt déclencher sur le sujet un oukase imprescriptible dont elles ont le secret.

Il faut dire que l’officialisation du réchauffement dont l’homme serait responsable fournit bien des avantages. Le premier serait sans doute la culpabilisation et la peur ; le pouvoir adore un public avili, donc malléable, corvéable et taxable. Par ailleurs une telle nouvelle permet d’imaginer des dispositifs de lutte collectifs ou individuels que les habitants craintifs s’empresseront de financer ou d’acquérir, le supposé problème météorologique représente un marché juteux !

Je pense que, si réchauffement il y a (ce qui resterait à prouver à travers de longues périodes), l’homme n’y est pour rien, et qu’il s’agit d’une variation naturelle comme celle que nous avons pu vérifier au fil des siècles ; une sorte « d’optimum moderne ».

A propos, pourrions-nous enfin savoir pourquoi le Groenland était cultivable en l’An Mil ?

MA