le communisme est une perspective selon le PCF

share on:
Lenine

Nous commémorons ces temps-ci le centenaire de l’avènement du communisme. Certes, des prémices ont surgi çà et là, mais c’est bien la Révolution d’octobre 1917 qui va réellement instaurer la mise en pratique de cette récente idéologie. Un mouvement politique qui va connaître son apogée des années 50 aux années 60, en tout cas pour ce qui concerne sa version européenne.

Staline va en effet disparaître en 1953. Et même si la terreur se poursuivra jusqu’à la chute du mur, elle sera sans doute un peu moins cauchemardesque après la mort du tyran. Ne perdons toutefois pas de vue que le grand inventeur du totalitarisme le plus ultime dans la période moderne fut le prédécesseur de Staline, Lénine lui-même dont les dérives idéologiques avaient été consignées dans l’ouvrage « Que faire ! » édité en 1902 !

Le communisme sous diverses formes quasiment toujours marxiste-léniniste concernera d’innombrables régions du globe, dont la Chine, une partie de l’Afrique de l’Asie du Sud-est et du continent américain. Il sévit encore dans plusieurs états dont le plus spectaculaire serait sans doute la Corée du Nord.

Le communisme aura la terrible particularité de sanctionner les peuples qu’il était censé conduire, c’est bien sûr le cas de l’URSS, de la Chine ou du Kampuchéa Démocratique (Cambodge).

Le bilan est naturellement très lourd. On estime à 15 millions le nombre des victimes en URSS, de 45 à 72 millions en Chine, 2 millions au Cambodge, etc, etc…

Bizarrement aucun de ces gouvernements n’a connu de grands procès, et la plupart des leaders communistes du bloc de l’Est et de l’Union soviétique ont vécu paisiblement (si on excepte l’épisode Ceausescu). L’immense majorité des assassins khmers rouges n’a pas été inquiétée, non plus que, naturellement, les dirigeants chinois ou cubains.

On sait que cela a été très différent pour un autre régime dictatorial, le nazisme, dont les moindres auxiliaires aujourd’hui grabataires sont encore pourchassés. Il faut dire que le « fascisme » a perdu la guerre…

Quoi qu’il en soit pour approfondir sa réflexion sur le sujet, nous saurions trop vous encourager à lire ou relire deux ouvrages particulièrement édifiants de Stéphane Courtois : « Le Livre Noir du Communisme », et « Une si Longue Nuit ».

Pendant ce temps, au PCF, on commémore le centenaire de la Révolution d’octobre par diverses rencontres, expositions et diffusion de films. Modernisme ou pas, la caque sent toujours le hareng !