Emancipation des nations européennes : la série continue !

share on:
Capture d’écran 2018-04-11 à 17.49.10

On faisait grise mine à Bruxelles lundi matin où l’on accusait un nouveau revers avec le plébiscite qu’a reçu le très eurocritique Victor Orbán. Le leader hongrois s’installe ainsi avec une majorité particulièrement confortable dans un troisième mandat qu’il va sans doute employer à dénoncer la politique européenne, notamment celle concernant l’immigration. Victor Orbán se définit en effet comme un ardant défenseur de la civilisation européenne et chrétienne.

Plusieurs pays voisins entendent s’émanciper des contraintes de l’Union. Associée à la Pologne, la Tchéquie et la Slovaquie dans le cadre du Groupe Visgrad, la Hongrie de Orbán renforce encore l’impression de liberté qui souffle à l’Est.

Les Hongrois ont démontré à travers l’élection de dimanche combien ils étaient attachés à leur identité. Car ne nous trompons pas, cette identité a été la première raison du plébiscite. Elle s’est d’ailleurs manifestée également par un nombre important de suffrages pour le parti Jobbik qui a enregistré un score de 20%. Cela signifie que près de 70% des Hongrois ont voté pour la droite populaire et pour les nationalistes exprimant ainsi leur défiance envers les oukases des technocrates apatrides de Bruxelles.

L’Europe, et une bonne partie du monde occidental se tournent avec ferveur vers les valeurs patriotiques : l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie, la France, l’Angleterre, mais aussi les USA et la Russie ; à des degrés divers, nombre de nations ont montré leur détermination à préserver leur identité et à dénoncer les menées mondialistes.