Eté en France, pour ou contre le « burkini » ?

share on:
a la mer 2

Plusieurs communes françaises interdisent ou prévoient d’interdire le « burkini » dans les secteurs de baignade. Cet élément vestimentaire qui permet aux partisantes de l’Islam de masquer leur corps aux regards des hommes, connaît un engouement spectaculaire. Cela est certainement dû au développement du communautarisme et à la radicalisation d’une frange importante des musulmans. Ce sont en effet les éléments les plus traditionnels qui préconisent cette tenue. Mais il n’y a pas que sur le bord de la mer que l’on peut constater cette accoutrement. Aux JO de Rio, une égyptienne l’arbore pour une compétition de Beach-Volley. Inutile de préciser qu’elle dénote sensiblement au milieu des autres sportives chichement vêtues !

David Lisnard, le Maire de Cannes, était menacé d’être traîné devant la justice par la Ligue des Droits de l’Homme, et par le Collectif Contre l’Islamophobie pour avoir interdit le « burkini » sur les plages de sa commune. La justice semble pour l’heure lui avoir donné raison. L’édile  indique qu’il a pris cette décision parce que le « burkini » fait référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre. Nadine Morano a défendu cette décision en jugeant que : « Le burkini, c’est la déclinaison à la plage du voile intégral, c’est un vêtement qui est une publicité ambulante à l’islam radical ». La décision avait en tout cas soulevé un tollé auprès des organisations antiracistes, mais aussi auprès des socialistes locaux qui y voyaient un dangereux coup de pub du maire. L’association SOS Racisme pense quant à elle que la situation va créer des tensions supplémentaires à l’heure où se multiplient les actes anti musulmans (sic).

Notre média a interrogé des vacanciers confrontés à ces nouvelles naïades musulmanes. Beaucoup jugent ces manifestations vestimentaires comme une provocation. Ils voient à travers ces comportements des tentatives de promouvoir l’Islam et le salafisme. Nombreux sont ceux qui avancent des raisons liées à l’hygiène pour condamner le vêtement. Bref, la plupart des personnes interrogées semble hostile. Chacun aura un avis ; la justice et la politique feront le reste…