Euro-Saint-Etienne, une idée du patriotisme

share on:
croates

Le dernier endroit où l’on peut encore manifester l’amour de son pays est certainement dans les compétitions sportives. Ces jeux, organisés dans le grand principe antique du panem et circenses, sont en fait le dernier bastion du patriotisme.

Les grands-messes sportives sont le défouloir des athlètes, mais aussi celui d’un public qui, furtivement, retrouve ses accents nationalistes, sous le regard bienveillant des élites. Big Brother sait lâcher du lest. Il vaut mieux que le peuple manifeste ces idées dans les travées d’un stade plutôt que dans les urnes !

Quoiqu’il en soit, cet engouement, même un peu artificiel, fait plaisir à voir.

A Saint-Etienne, les sympathiques Croates ont été particulièrement spectaculaires dans leur démonstration. Pendant deux jours, le centre de la ville a été chamarrée de damiers rouges et blancs tandis que les chants patriotiques et les musiques traditionnelles résonnaient dans toutes les rues du centre-ville.

Il faut dire que l’histoire de la Croatie n’est pas simple. Voilà des gens qui ont connu le rideau de fer, le Titisme, les guerres fratricides de l’ex-Yougoslavie, pour arriver enfin à l’indépendance. On comprend mieux leur acharnement à porter haut leurs couleurs !

D’autant que si l’on reste dans le domaine purement footballistique, la formation croate montre une technique particulièrement élaborée et efficace. Les spécialistes assimilent d’ailleurs souvent leur jeu à celui des Brésiliens. Il y a des comparaisons plus humiliantes !

Il est vrai que quelques supporters se sont livrés à de regrettables débordements lors du match contre la Tchéquie le 17 juin dernier à Geoffroy-Guichard. Cela ne doit cependant pas ternir l’image de la formation à damiers et de l’ensemble de ses fans, globalement plutôt paisibles.

Nul doute en tout cas qu’une si belle équipée n’aille loin dans la compétition. Nous sommes même plusieurs à parier qu’elle sera en finale ! A suivre donc…

Christophe Arnould