Gauchistes à Saint-Etienne : l’impuissance

share on:
capture-decran-2016-10-24-a-09-31-30

Un de nos correspondants a interpellé le Préfet de la Loire, suite à la manifestation de gauchistes les 22 et 23 octobre à Saint-Étienne. Rappelons que cette manifestation interdite a pourtant eu lieu et cela sans aucune sanction malgré les débordements. L’épisode démontre encore une fois l’incurie des autorités.

Saint-Etienne, le 23 octobre 2016

Monsieur le Préfet,

L’AFP et Le Progrès décrivent la manifestation violente d’hier à Saint-Étienne.

Cette manifestation interdite a lieu, les commerçants sont contraints de plier bagage pour lui faire place : il était donc tacitement admis qu’elle aurait lieu. Elle se prolonge aujourd’hui par des “conférences” et des “ateliers d’autodéfense”.

Deux ou trois centaines d’émeutiers, autant de policiers. Les premiers gagnent : dégradations, vitres cassées, un local politique saccagé, menaces explicites, pas d’interpellation.

Les perdants (sur ordre) : les forces déployées avec véhicules, hélicoptère, matériel et armement, puissante démonstration de l’impuissance publique organisée.

L’ “habitant de la France”, lui, paye quatre fois :

– Avec ses primes d’assurance, les dégâts causés aux particuliers,

– Par ses impôts locaux, les dégâts aux biens publics,

– Par ses impôts d’État, les salaires, le matériel, l’armement mis en démonstration,

– Avec ses cotisations sociales, les allocations dont vivent nombre des émeutiers.

Prochains rendez-vous : arrivées de “migrants”, les clandestins officiels de la République. Mais là, il ferait beau voir que les “habitants de la France” manifestent.

On pense alors à ce qui sert de chefs à ce qu’il reste d’État, dans “la France d’après” tant d’abandons depuis tant d’années.

Bien entendu vous n’y pouvez rien et cette lettre est inutile.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération distinguée.

Notre correspondant attend la réponse du Préfet.

Sans grand espoir…

La Rédaction