Histoire de nos régions : l’anarchiste de Saint-Chamond : Ravachol

share on:
capture-decran-2017-01-02-a-19-02-58

Dans les siècles passés la Loire a connu un des héros légendaires de l’anarchisme François Claudius Koënigstein, plus connu sous le nom de Ravachol.

Celui qui deviendra l’égérie du peuple libertaire est né en 1859 à Saint-Chamond dans un milieu déshérité. Pendant son enfance, le jeune Ravachol survit. Il quémande ici ou là des petits boulots, garde des bêtes dans les monts du Pilat, tri le charbon à Saint-Etienne. Bref, il erre dans l’univers sombre des journaliers, à une époque où la condition ouvrière était particulièrement misérable.

Dès l’adolescence il va s’intéresser à l’anarchie. Ses options politiques le conduiront vite à la dérive, c’est ainsi qu’il va se livrer à la contrebande, et à divers larcins. Plus tard, fuyant vers le crime, il en viendra à profaner la tombe de la Baronne de Rochetaillée pour prendre au cadavre quelques bijoux ! Dans la foulée, à Chambles (42), il volera et assassinera un ermite, et quelque temps après, à Saint-Etienne cette fois, il tuera deux commerçantes à coup de marteau C’est beau l’Anarchie ! Ces violences seront comprises, voire portées en exemple par ses adeptes. L’Anarchie n’a rien à respecter ; ni la vie, ni la mort.

Réfugié à Lyon, puis à Paris, Ravachol tente alors de se faire une spécialité dans l’explosif. Il commettra plusieurs attaques avant de se faire capturer par une police particulièrement tendue. L’époque était en effet, comme la nôtre, riche en violences et en attentats. Son premier procès aura lieu à la Cour d’Assises de Paris, puis il sera transféré à Montbrison où le tribunal lui signifiera la condamnation à mort. Durant ses transferts et sa captivité, le service d’ordre fut présent en force. Ravachol avait de nombreux et chauds partisans ! C’est à l’âge de 33 ans qu’il passera de vie à trépas, le seul rapport qu’il n’aura jamais avec le Christ !

Ravachol a été guillotiné le 11 juillet 1892. Pour l’anecdote, la lame acérée lui coupa…la parole, alors qu’il tentait de crier « Vive la Révolution ». Un dernier mot que le Ciel ne voulut pas entendre.