Incendies de voitures : la fête continue !

share on:
incendie

On déplore chaque jour de nombreuses incendies de voitures sur le territoire national, mais c’est surtout les 31 décembre et 14 juillet que le bilan est le plus spectaculaire. Le passage de 2016 à 2017 n’a bien sûr pas fait exception à la règle. Comme chaque année, les bandes de racailles ont mis le feu à des centaines de véhicules.

Les exactions ne concernent d’ailleurs pas seulement les incendies de voitures, mais aussi les agressions sur les forces de l’ordre et les pompiers. Le gouvernement doit donc mobiliser à grands frais de très nombreux policiers pour tenter de circonscrire au mieux ces débordements, en plus du plan Vigipirate, de l’État d’urgence, et de la publicité organisée autour des infractions au Code de la route.

Ne comptez pas trop sur la presse officielle pour vous sensibiliser à cette spécialité « française » que constituent les innombrables violences des nuits de fête. Il est en effet difficile lorsqu’on aborde le sujet de cacher dans quels types de quartiers les exactions se déroulent en général !

Ainsi, un article des Dernières Nouvelles d’Alsace n’hésite pas à titrer : Strasbourg « Un réveillon plutôt calme malgré quelques tensions ». Dans le papier en question il est indiqué : « Retour au Neuhof, alors que la police est alertée d’un véhicule en feu, les fourgons sont la cible de tirs tendus de mortiers. Des fonctionnaires font usage de lacrymogène et du flash-ball pour mettre fin à l’affrontement, tandis que leurs collègues munis de boucliers protègent les pompiers ».

Trois fois rien !

Plus loin il indique : « Alors qu’un équipage de police contrôle un jeune homme dans le quartier des Hirondelles à Lingolsheim, un automobiliste leur fonce dessus ».

On pourrait y voir une banale tentative de meurtre, tout au plus.

Et de conclure : « Des sources policières font état d’un réveillon plutôt calme, malgré la liesse, et ne révèlent aucun incident majeur ni sur le secteur police, ni sur le ressort de gendarmerie de la compagnie de Strasbourg. »

Voilà bien un correspondant de presse qui ne s’alarme pas facilement !

Notons au passage qu’un peu plus loin en Alsace, à Neuf-Brisach, des individus ont essayé d’incendier une caserne de Gendarmerie.

On s’habitue à tout !