Italie : la nouvelle détestation du média « dominant »

share on:
Capture d’écran 2018-05-25 à 14.50.14

Trump détenait le « pompom » de l’infréquentabilité pour les journaux français. Suivaient Vladimir Poutine et Victor Orbán. Voilà une nouvelle cible, où plutôt trois d’un coup : Giuseppe Conte, Mateo Salvini et Luigi Di Maio, respectivement premier ministre, responsable de la « Ligue », et Président du Mouvement Cinq Étoiles, tous italien, et tous victimes de la vindicte bien pensante !

On peut une nouvelle fois apprécier combien les journaux « mainstream » goûtent la démocratie. Car enfin les personnages en question ont bien été, qui élus, qui nommé dans la plus belle des transparences.

Pourtant, à longueur d’articles on ne dit pis que pendre de cet attelage. Déjà Monsieur Conte est un menteur, quant aux deux autres, des graines de fascistes et des gibiers de potence. Les médias vont jusqu’à prétendre que MM  Di Maio et Salvini sont des incapables sous prétexte qu’ils n’auraient pas réalisé d’étude supérieure ! Belle affaire ! Il serait bon de rappeler quelques précédents  pas très loin de chez nous :

Monsieur Pierre Bérégovoy, Premier ministre de la France, mort dans des circonstances mal expliquées, était fraiseur de formation. Il avait arrêté l’école à 16 ans !

Monsieur René Monory a été ministre de l’Économie, Président du Sénat. Lui aussi avait quitté la scolarité à 16 ans !

Monsieur René Jacob, chef de file du Groupe LR à l’assemblée n’a pas son BAC, pas plus, et dans d’autres domaines que Messieurs Pinault, Decaux, Ducasse…

Jamais aucun journaliste ne s’est acharné sur l’une de ces personnalités sous prétexte qu’elle n’avait pas fait d’étude.

Cela démontre bien le caractère partisan des éditorialistes. Pour peut qu’on leur déplaise, il utiliseront toutes les ficelles pour essayer de vous discrédité.

C’est pourtant très honorable un autodidacte !!!