Législatives 2017 : Alain Csikel, le SIEL dans la Drôme

share on:
SIEL logo

Législatives 2017 : notre rédaction a décidé de s’intéresser à quelques candidats de différents mouvements dans plusieurs départements de Rhône-Alpes. Nous allons les interroger sur des sujets variés, à la fois locaux, nationaux et internationaux en leur demandant bien entendu de parler en toute franchise et sans détour. Cette initiative sera notre contribution à la vie démocratique de notre région.

Voici un entretien avec Alain Csikel candidat du SIEL dans la 2ème circonscription de la Drôme.

Depuis combien de temps adhérez-vous au SIEL ? Avez-vous côtoyé d’autres mouvements ? Merci de nous livrer quelques informations sur votre parcours.

Le SIEL s’est implanté dans la Drôme en septembre 2016, avec la mise en place du bureau politique composé de Joël Cheval : délégué adjoint Drôme Nord, Philippe André-Rey : délégué adjoint Sud, et moi-même comme délégué départemental de la Drôme. J’avais adhéré au Front National en 1988, mouvement pour lequel je me suis présenté aux législatives de 2012 sur la 2e circonscription de la Drôme.

J’ai été directeur de campagne de julien Rochedy pour les élections municipales de 2014. Je suis actuellement élu communal et d’agglomération à Montélimar. J’ai aussi participé aux scrutins départemental et régional en 2015.

Comment avez-vous vécu l’éloignement du SIEL du RBM, et du Front National à l’automne dernier ?

J’étais présent au Comité directeur qui s’est tenu le 5 novembre 2016. Nous avons alors constaté l’hostilité récurrente du Front National envers les ambitions du SIEL qui visent à structurer la « Droite hors les murs » afin d’élargir la base électorale de Marine Le Pen. Nous avons aussi constaté le refus du FN de faire vivre politiquement le Rassemblement Bleu Marine, une organisation fantôme qui ne s’est jamais réunie depuis 2012. Les patriotes de toutes sensibilités aspirant à rejoindre Marine Le Pen n’auront donc malheureusement pas trouvé avec cette structure défaillante un espace de dialogue et de réflexion propre à créer des complémentarités politiques et des synergies électorales si souhaitables. Nous avons aussi observé la remise en cause permanente par le FN de l’accord de partenariat signé en 2012 (lequel prendra fin en juin 2017) ; les réticences d’honorer loyalement ses obligations financières vis-à-vis du SIEL. A ces regrettables constats s’ajoutent la paralysie organisée de nos relations dans les départements, et le refus inexplicable du parti mariniste d’investir nos candidats aux prochaines législatives. Nous avons donc logiquement quitté le Rassemblement Bleu Marine. Cette autonomie, me permet de dénoncer les dérives du FN au travers les nouvelles orientations de Monsieur Philippot, comme : la compatibilité de l’Islam avec la République, l’absence de réflexion sur la place de la famille dans notre pays (cf le parallèle douteux entre l’abrogation de la loi Taubira et la culture du Bonsaï !), et enfin l’abandon de notre héritage chrétien millénaire.

Comme Karim Ouchikh, soutiendrez-vous Marine le Pen aux élections présidentielles ?

Animé avant tout par l’intérêt supérieur du pays, je confirme que, en l’état de l’offre politique actuelle, je supporterai en effet Marine Le Pen. Il s’agit du seul candidat défendant la souveraineté de la France, capable de remporter la Présidentielle. .

Quelle est la véritable originalité du SIEL parmi les différents mouvements politiques patriotes que sont DLF, le Parti de la France, le FN…?

Nous sommes opposés aux dérives du Front National (version Philippot). Nous déclarons notre république incompatible avec l’Islam. Nous voulons défendre la famille traditionnelle ; elle est à nos yeux l’élément structurant de notre civilisation. Nous prônons le rassemblement des droites patriotes, avec lesquelles nous partageons l’essentiel de nos valeurs : la souveraineté, l’opposition à l’immigration, l’emploi, la lutte contre la précarité sociale et la désindustrialisation de la France, la promotion des services publics bien sûr… mais aussi l’affirmation de notre identité chrétienne, le respect absolu de la vie, de la conception jusqu’à la mort naturelle, l’autorité de l’ État et la protection de toutes nos libertés.

Enfin, d’un point de vue économique, nous ne sommes pas d’accord avec le FN, qui se contente de défendre le système social actuel. Système qui coûte trop cher, et qui handicape les entreprises françaises. Par exemple, les 35 heures qui ont créé beaucoup de dégâts, y compris dans la fonction publique (hôpital), seraient maintenues… Rien de plus conservateur ! Le changement, … dans la continuité socialiste ?