Loire, Estival de la Bâtie : bof !

share on:
logo estival de la batie

Chaque été la Bâtie d’Urfé, joyaux ligérien de la Renaissance, devient un lieu de diffusion artistique. Le public y est convié nuitamment pour assister à une série de propositions dans diverses disciplines, chanson, danse, musique, théâtre… Le château n’est d’ailleurs pas le seul lieu dédié à ces représentations ; l’événement, organisée en festival, déborde sur de nombreuses communes.

Nous avons parcouru un programme sans grand relief.

L’Estival choisit sans conteste la quantité au détriment de la qualité, et ce ne sont pas moins de 50 spectacles disséminés dans tout le département de la Loire qui seront présentés du 30 juin au 23 juillet. L’idée des organisateurs semble, avant tout, de faire plaisir aux édiles locaux. L’intérêt artistique passe après les relations politiques ; on n’est jamais bien loin d’une élection !

On pourrait nous rétorquer que les deux ne sont pas incompatibles. C’est vrai, mais la programmation artistique suppose un savoir-faire que le Département de la Loire ne possède manifestement pas.

Certes, le festival permettra au public de découvrir des endroits très divers qui constituent le patrimoine historique et architectural du Forez. Mais, compte tenu de la programmation, il est plus que douteux que des spectateurs autres que ligériens ne s’y pressent. Il eut été sans doute plus habile de recentrer les spectacles sur quelques lieux et quelques dates seulement afin d’y proposer des productions plus prestigieuses et plus originales.

Au-delà des talentueux, mais sempiternels Amoyel-Bertand, nous nous intéresserons quand même à la production de Béatrice Massin, créée pour le jeune public mais fleurant bon le Grand Siècle. Enfin, pourquoi pas se lasser tenter par Hervé Niquet ou Lisa Simone. Bref : peu d’enthousiasme ; on a connu de meilleures années !

Christophe Arnould