Ain : Maxime Chaussat au secours des chrétiens d’Orient en Syrie

share on:
Maxime Chaussat lors de son séjour en Syrie pour aider les chrétiens d'Orient

Maxime Chaussat, un citoyen engagé demeurant dans le département de l’Ain, vient d’effectuer un séjour de trois semaines en Syrie afin de porter secours aux chrétiens d’Orient, sous l’égide de l’association SOS Chrétiens d’Orient du 07/04/2016 au 28/04/2016. Témoin privilégié de ce qui se passe en Syrie, il a bien voulu répondre à nos questions. Ses révélations sont édifiantes !

INTERVIEW

Maxime CHAUSSAT, vous vous êtes récemment rendu en Syrie afin d’apporter aide et assistance aux populations sous l’égide de l’association SOS Chrétiens d’Orient. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Depuis maintenant cinq ans la Syrie est en proie à une guerre dévastatrice qui a causé plusieurs dizaines de milliers de morts. Des groupes djihadistes, avec la complicité de plusieurs pays occidentaux, dont la France, sèment le chaos dans cette région. Parmi leurs victimes on compte notamment les chrétiens d’Orient. Depuis plusieurs siècles la France avait un rôle de protecteur vis à vis des chrétiens d’Orient, or depuis plusieurs années le gouvernement socialiste français a choisi au contraire de soutenir leurs bourreaux. C’est une honte pour notre pays. D’autant plus que dans les rangs des islamistes on compte un nombre important de criminels venus de France. Il me paraissait donc essentiel de faire contre poids à cette situation et d’aller sur place délivrer un message d’amitié et de soutien au peuple syrien. L’association SOS Chrétiens d’Orient met en place des projets de reconstruction de logements et d’écoles, distribue du matériel aux plus nécessiteux. C’est tout à fait remarquable et c’est pour cela que j’ai décidé de me rendre sur place.

Que pouvez-vous nous dire de la situation sur place, s’agissant de la communauté chrétienne ?

Je ne suis pas un expert en géopolitique et je suis resté sur place en Syrie trois semaines, je n’ai donc pas la prétention de connaître la situation dans l’ensemble du pays, ni d’en connaître toute la complexité. Néanmoins je peux affirmer que dans les zones contrôlées par le gouvernement syrien légitime, celui de Bachar Al-Assad, les chrétiens viennent en sécurité. Ils participent à la vie économique, à l’administration, les jeunes hommes sont engagés dans l’armée et ils peuvent vivre leur foi tout à fait librement au grand jour sans craindre aucun risque. Evidemment, la Syrie est un pays en guerre depuis cinq ans, donc la situation est compliquée, les déplacements de population sont nombreux, la situation économique, sanitaire et sociale, est difficile dans son ensemble. Beaucoup de personnes ont tout perdu.

Maxime Chaussat au coeur des ruines, à Homs (Syrie)
Maxime Chaussat au coeur des ruines, à Homs (Syrie)

Avez-vous le sentiment que les choses s’améliorent sur le terrain ?

C’est indéniable ! Depuis l’intervention de la Russie de Vladimir Poutine, les choses ont changées. Le gouvernement a repris la main militairement et gagne du terrain. Palmyre a été libérée, Homs et Damas le sont presque totalement, les islamistes sont en train de reculer. La guerre sera encore longue et coûteuse mais les syriens sont aujourd’hui persuadés que le plus difficile est derrière eux. Certaines familles, qui avaient dû fuir leurs maisons après la prise de leurs villages par les islamistes de l’Etat Islamique et du Front Al-Nosra (Al-Qaida en Syrie) commencent à retourner chez elles maintenant que ces villages ont été libérés et sont sécurisés par l’Armée Arabe Syrienne. C’est notamment le cas à Maaloula, le célèbre village ou l’on parle l’araméen, la langue du Christ, et dans lequel j’ai pu me rendre. Mais si elle s‘améliore, la situation est loin d’avoir retrouvée son équivalent d’avant la guerre.

Vu de France, et selon nos dirigeants, le régime syrien commet de graves exactions à l’encontre des populations civiles. Vous qui étiez sur les lieux, confirmez-vous les faits ?

Je n’ai vu aucune de ces prétendues exactions. Ne soyons pas naïfs, le régime syrien est un régime autoritaire et loin d’être parfait, il y a probablement des choses à lui reprocher. Mais ce qui est certain c’est que depuis le début de la guerre, les populations civiles se réfugient toutes dans les zones contrôlées par le gouvernement et pas chez les islamistes ! La population est unie autour de son armée et j’ai pu constater que le président Bachar Al-Assad était très populaire. Si c’était le monstre que les médias occidentaux nous présentent les choses seraient différentes. En revanche j’ai pu entendre de nombreux témoignages sur les crimes commis par les rebelles, des exactions si horribles que je ne préfère pas les mentionner. Une autre chose est importante à signaler, il n’y a pas de rebelles modérés ou démocrates en Syrie. Tous les mouvements qui ont pris les armes contre le gouvernement sont des groupes islamistes radicaux et dangereux, tous, sans exception.

Que vous ont rapporté les chrétiens que vous avez rencontré ? Espèrent-ils une solution politique à leur situation ?

Les chrétiens que j’ai pu rencontrer m’ont dit plusieurs choses. La première est qu’ils étaient heureux de voir des français penser à eux, ils ont été très choqués et déçus par l’attitude du gouvernement français qui les a complètement abandonné et qui a préféré soutenir les djihadistes. Ensuite ils espèrent une solution politique pour l’avenir, une fois la guerre terminée. Les chrétiens ne sont pas un bloc uni, il y a des nuances. Néanmoins ils savent que leur avenir est lié à l’avenir de la Syrie, ils sont tous très patriotes. Et d’ailleurs c’est un sentiment général en Syrie, les syriens se sentent avant tout syriens, avant d’être chrétiens, musulmans ou autres. Bien sur la guerre a réveillée des blessures et un communautarisme qui sera long à guérir, mais je pense comme eux que c’est possible. Néanmoins de nombreux syriens sont tentés par l’émigration, car ils pensent trouver ailleurs, en Europe notamment, des conditions économiques et un niveau de vie plus élevé.

D’après vous quelle est la priorité s’agissant des besoins humanitaires des populations chrétiennes que vous avez rencontrées ?

La Syrie est un pays développé, les gens ont accès aux besoins de première nécessité. La priorité est donc la reconstruction des logements, des églises, des écoles et des entreprises, afin de permettre aux populations de pouvoir retrouver une vie économique et sociale qui leur permette d’envisager la vie sur le long terme.

Encouragez-vous nos compatriotes qui le peuvent à suivre votre exemple, et comptez-vous participer à nouveau à cette œuvre caritative ?

C’est une expérience riche et très enrichissante. Moi je ne suis parti que trois semaines, ayant une famille et des obligations en France, mais de nombreux volontaires restent pour des périodes plus longues, plusieurs mois, plusieurs années parfois. Ce sont de jeunes français courageux et tout à fait remarquables, j’ai fait des rencontres que je n’oublierai pas. Il est toujours plus utile de se rendre sur place pour constater la réalité d’une situation, car les médias français pratiquent la désinformation à grande échelle, c’est l’un des enseignements principaux que je retiens !

Propos recceuillis par Sébastien JALLAMION

NB : Pour plus d’informations sur l’association SOS Chrétiens d’Orient ou pour la soutenir, rendez-vous sur leur site  internet : http://www.soschretiensdorient.fr/

(Maxime Chaussat est également engagé sur le plan politique : secrétaire départemental du FN de l’Ain, il est également conseiller régional)