Nous ne sommes plus maîtres à bord !

share on:
fesse

La mesure avait été rejetée, mais voici que le gouvernement prévoit de la remettre sur le tapis. Il s’agit de légiférer encore pour savoir s’il est bon que des parents sanctionnent ou non leurs enfants par une gifle ou une fessée.

Déjà, on nous impose notre façon de penser, de parler, de manger, de regarder, d’acheter, de conduire. Le système nous espionne chaque seconde de notre existence. Nous sommes fichés, répertoriés, classifiés, cadenassés. Tout dans notre vie n’est qu’interdiction, brimade, abrutissement et humiliation.

Après avoir fait de la liberté publique une chimère, les autorités veulent pénétrer au cœur de notre libre arbitre au fond de notre vie intime. Nous ne serons bientôt plus maîtres de rien, sinon de nos rêves. Les romans d’anticipation dans l’esprit de « 1984 » ne sont dans le fond pas si pessimistes si l’on se réfère à la réalité de notre époque !

Voilà que dans quelque temps peut-être nous ne pourrons plus réprimander nos rejetons ; il nous sera interdit de les élever comme nous l’entendons. Si une législation advenait, nous serions donc à la merci de dénonciations et sans doute d’enfants eux-mêmes, un curieux mélange entre le régime de Vichy et la révolution du Kampuchéa démocratique !

Gilles R