Présidentielles, législatives : quid du permis à points ?

share on:
pap

Saint-Étienne : Francis Rongier préside le Mouvement pour un Permis sans Points basé à Saint-Étienne. Selon lui et selon ses avocats, la situation des usagers de la route est extrêmement précaire, et trop inégalitaire. La campagne pour les élections présidentielles et législatives sera l’occasion pour le mouvement d’avancer ses propositions. En effet, plusieurs candidats s’interrogent sur l’actuelle législation. Bientôt la fin du permis à points ?

Le Mouvement pour un Permis sans Points considère que le conducteur du dimanche et le professionnel de la route ne sont pas traités équitablement. Les menaces qui pèsent sur leur permis ne font pas craindre les mêmes conséquences.

En effet, le permis du professionnel est mis en danger chaque semaine et sur un nombre de kilomètres importants ; et sans lui, le risque du chômage se profile ! Il en va tout autrement pour le chauffeur occasionnel ! C’est la raison pour laquelle le Mouvement pour un Permis sans Points axe son aide auprès des usagers intensifs : commerciaux, certaines professions libérales, cadres d’entreprise, routiers… Il met à leur disposition une batterie de conseils et de procédures qui protègent leur fameux permis de conduire (et de travailler). Les points récupérés par l’association, les validations sauvées, sont nombreux. Il existe en effet des vices de forme ou des vides juridiques exploitables, permettant à l’organisation de contester efficacement des procès-verbaux.

Le mouvement n’entend bien évidemment pas encourager les comportements irresponsables et dangereux, mais il vise à apporter plus de justice dans un système aussi inopérant qu’irrationnel. Il milite dans le même temps pour l’abrogation du permis à points, qui constitue, selon lui, une aberration.

« Notre objectif, c’est d’arriver à la suppression du permis à points, en dénonçant systématiquement les mensonges du Pouvoir en place, quel qu’il soit. Pour cela, nous avons besoin du soutien de tous les automobilistes, et d’abord de ceux qui vivent de l’automobile et de ceux dont elle est l’instrument de travail. Il est nécessaire de mobiliser tous les responsables politiques, les parlementaires inquiets de la crise de l’automobile, quand celle-ci résulte des abus de la répression. Sans compter le nombre alarmant de nos compatriotes qui sont contraints de conduire illégalement. Les prochaines échéances électorales vont être de ce point de vue, déterminantes ; l’occasion d’enclencher un lobbyisme constructif ! ».

Le Mouvement pour un permis sans points qui dispose du site :

https://www.permis-sans-points.fr

est maintenant présent sur Facebook :

https://www.facebook.com/Permis-sans-points-614825125343754/?fref=ts