Présidentielles : les paris sont ouverts !

share on:
le pen macron

L’affaire dite du Pénélopegate a vitrifié une droite jusqu’alors plutôt confiante, et Fillon l’incorruptible semble maintenant pris dans des sables mouvants. Le paysage politique se transfigure au rythme des événements de la campagne : aucun des scénarios qui paraissaient les plus crédibles voilà seulement quelques mois n’est à présent envisagé. Dans cette grande marche du chambardement, de nombreux observateurs avancent une hypothèse de second tour qui mettrait aux prises Le Pen et Macron.

Les socialistes qui élisent aujourd’hui Benoît Hamon, ne se font aucune illusion sur leur score à la présidentielle. Le bilan de François Hollande, la nature dévastatrice des primaires, et les divisions subséquentes auront laminé le parti.

Mélenchon poursuit son chemin, le couteau entre les dents. L’ancien sénateur apparatchik du PS, a choisi depuis longtemps une voie originale. Voilà plusieurs élections que bon an mal an, cette position lui sert. Elle représente sans doute une option qui devrait séduire un parti de l’électorat hostile au libéralisme et à la corruption ambiante. Toutefois, un discours caricatural, et des propositions passéistes ne devraient pas l’emmener beaucoup plus loin que la troisième ou quatrième place. D’autant qu’il trouve maintenant sur sa route l’iconoclaste Benoît Hamon, dont le programme résolument social et immigrationiste n’est pas très distant du sien.

Macron a tendu sa toile avec habileté. Ignorant la funeste primaire de gauche, et en réussissant à se faire passer pour un homme neuf, il engrange les ralliements de toutes parts, et va certainement s’accaparer une bonne partie des électeurs du camp Valls.

Marine le Pen semble la vraie gagnante de cette situation pour le moins inattendue. Grande pourfendeuse d’un « système » qu’elle ne cesse de dénoncer, la présidente du Front National bénéficie à plein des frasques de François Fillon.

Proclamée il y a plusieurs mois qualifié pour le deuxième tour de l’élection, Marine le Pen profite également de la réhabilitation du patriotisme, et, pourquoi pas, d’une trumpisation des sociétés occidentales.

A l’heure où nous écrivons Monsieur Fillon, est toujours en lice…A SUIVRE