Prudence : les faux mendiants syriens

share on:
Capture d’écran 2017-06-25 à 16.54.55

Il y a quelques années encore, nous ne connaissions pas les Roms. Depuis la chute du « Rideau de Fer », ceux-ci se sont, l’heure venue, infiltrés à l’Ouest. L’élargissement de ’Union européenne a évidemment grandement œuvré pour cela, puisque des états comportant une population rom ont pu rejoindre les pays occidentaux. Ce fut le cas notamment de la Roumanie ou de la Bulgarie en 2007. Certes, des restrictions légales existent en France contre la venue de ces communautés, mais qui se soucie encore des lois ?

Les Roms ont souvent été plus ou moins maltraités (beaucoup plus que moins d’ailleurs) dans les nations de l’Europe centrale, et c’est encore le cas aujourd’hui. D’où leur empressement à rejoindre des nations plus clémentes.

Ils vivent donc très nombreux en France, où leur principale activité est la mendicité. C’est dans ce domaine qu’ils ont acquis une véritable technicité, et une grande qualité d’organisation. Les mendiants Roms identifient parfaitement, à la fois les sites les plus prometteurs ainsi que les ressorts psychologiques les plus efficaces pour émouvoir le passant.

Nous connaissons de faux infirmes roms totalement crédibles à force d’entraînement.

Une jeune fille au physique très normal peut paraître en un instant difforme pour aller « travailler ». Quelque temps plus tard, elle retrouvera sa plastique impeccable ; elle aura dans l’intervalle grugé bon nombre de passants. Que dire des culs de jatte de composition ! Ils font des prouesses de contorsionniste pour apparaître dans ce déplorable état. Inutile de préciser la force émotionnelle d’une telle situation, et les gains réalisés. Les enfants jouent aussi un grand rôle affectif dans le dispositif, soit en mendiant seuls, soit présentés sur leur mère, exténués et quasi morts de faim. L’exécution de ces démarches s’avère étroitement contrôlée par des hommes, chefs de groupe ou de clan. Nous parlons ici d’une authentique mafia !

Depuis quelques années, profitant de l’actualité, certains mendiant Roms ont enfourché un nouveau procédé. Il s’agit de mendier sous le couvert du « drame » syrien. Le principe consiste à arborer le voile pour les femmes, apprendre trois expressions en arabe, et écrire une pancarte sur laquelle sont griffonnés quelques mots : SOS Syrie. Le naïf ému par le stratagème donnera plus facilement son écho.

À Saint-Étienne, exemple parmi bien d’autres villes, ils sont des dizaines aux carrefours à utiliser cette méthode très discutable fondée sur la dissimulation, le mensonge et le détournement d’identité. Les Roms en question se moquent éperdument de ces considérations et se livrent à leur commerce de misère sans aucune crainte ; on sait en effet que les immigrés, légaux ou pas, sont très favorablement considérés en France.

Ainsi des Roms pourront encore longtemps abuser les gogos !