Sacs en plastique et vol organisé

share on:
sac

Qui ne s’est pas trouvé à la caisse d’une grande surface, avec une sélection d’articles sur le tapis roulant, pour s’entendre dire que l’enseigne ne distribue plus de sac en plastique ? Dans cette circonstance, deux choix s’offrent alors à vous : soit vous partez avec fracas en abandonnant vos achats, soit vous achetez un sac ; le seul changement dans le dispositif est que ce qui était gratuit est devenu payant. Vous êtes maintenant le « dindon de la farce ! ».

On tombe toujours sur une caissière qui nous explique que les sacs en plastique sont interdits, avec le regard triste de celle qui est persuadée que notre société va sur sa fin. Elle nous informe que ces dispositions visent à améliorer l’environnement, à freiner la pollution. La caissière a bien appris sa leçon. Pourtant !

La grande distribution s’est bien rendu compte que les sacs prenaient un peu de leurs bénéfices. Quoi de plus simple que de culpabiliser le public avec la pollution, et de le contraindre à payer… avec la bénédiction du Gouvernement.

Loin de nous l’idée de sous-estimer les ravages de la pollution, mais, en fait, il y avait deux possibilités pour remédier au réel problème de ces sacs dont certains se débarrassent trop facilement. En offrir d’autres plus résistants (autorisés par la loi !!!) qui peuvent servir après leur destination première, ou bien encore des sacs réalisés avec d’autres matières que le méchant plastique. Deux possibilités qui ont évidemment été rejetées. Il vaut mieux que le « dindon » paye !

Il existe toutefois des commerçants qui produisent gratuitement à leur clientèle des sacs de plus de 5 microns d’épaisseur, et donc pour l’heure, parfaitement légaux. Nous ne saurions trop inciter nos lecteurs à les fréquenter. Les autres peuvent toujours arpenter la ville avec les cabas hideux que nous vend la grande distribution !

Pour en savoir plus :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/actualites/008384