Saint-Étienne : une expo polémique

share on:
Capture d’écran 2018-02-14 à 10.54.19

Le dispositif culturel stéphanois comporte quelques galeries, et c’est l’une d’elles « Les Limbes » qui a déclenché une polémique autour d’une exposition intitulée « L’aube des rigueurs molles ». Les deux « artistes » qui sont intervenus pour cette installation, Laura Bottereau et Marine Fiquet, semblent particulièrement interpellés par le sexe des enfants. Il suffit de constater leurs dessins et leurs mannequins pour s’en persuader. Si cela ne suffisait pas, conviendrait-il de les lire : « Nous détournons des éléments de l’enfance et du jeu pour leur apporter des charges sexuelles et affectives. L’enfance est pour nous un espace qu’il nous plait d’ébranler, de subvertir et de réinventer. »

Il est donc clairement question de pédophilie et de « théorie du genre ». Un cas d’avilissement et de dégradation de la jeunesse que chacun peut fréquenter gratuitement à Saint-Étienne qui par ailleurs subventionne (ainsi que la région et la DRAC) le collectif concerné. Naturellement, de très nombreux responsables politiques se sont élevés contre cette incongruité, qu’ils soient issus du FN, de LR ou d’ailleurs. Cela n’a pas gêné le maire LR de la ville, Monsieur Perdriau : il n’a pas jugé bon d’interdire la manifestation.

Certes, la galerie stéphanoise « Les Limbes » n’est pas le musée de Chicago ! La portée de ses expositions est pour le moins confidentielle. Il n’empêche, c’est par petites touches que la subversion de notre société se coordonne. La vigilance semble donc de mise. Il est heureux que de nombreuses organisations s’élèvent contre de si préoccupantes dérives. Hélas, constatons aussi que des responsables politiques « de droite » soutiennent encore ces déplorables expérimentations ; c’est le cas à Saint-Étienne.