Saint-Etienne expose les Harkis

share on:
Harkis

Le Maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, a récemment inauguré une exposition sur les Harkis dans le hall de l’Hôtel de Ville. Cette exposition sera visible jusqu’au mois de mai. L’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, à l’origine de cette exposition qui n’a d’itinérante que le nom, a dû apprécier ce geste bien trop rare

En effet, dans notre société où l’Histoire est constamment biaisée voire manipulée, l’aventure des Harkis a une couleur très politiquement incorrecte. Leur histoire commence en 1830, dès la conquête du territoire qui, en 1948, sous l’autorité de la France, deviendra l’Algérie. Les Harkis sont des forces musulmanes autochtones qui luttent aux côtés des troupes françaises.

Cette collaboration prend un relief tout particulier au moment des événements d’Algérie entre 1954 et 1962, période pendant laquelle l’effectif des supplétifs (Harkis, Moghaznis, GMS) explosa. On comptait alors plus de Musulmans dans le camp français que dans celui du FLN !

Arrivèrent les Accords d’Evian, manœuvre politique qui offrit sur un plateau son indépendance à l’Algérie. Les autorités françaises n’avaient pris aucune disposition pour exfiltrer ses supplétifs ; ils furent donc abandonnés aux bourreaux du FLN. Des dizaines de milliers de Harkis, des familles entières ont été torturées et décimées sous l’œil indifférent du gouvernement De Gaulle. Ces massacres se sont notamment déroulés entre le 19 mars 1962 (signature des Accords d’Evian), et le 5 juillet 1962 (indépendance effective de l’Algérie).

Rappelons que le 19 mars 1962 est la date officielle commémorant la fin des hostilités ; elle a été en fait celle qui inaugurait d’invraisemblables règlements de comptes ; une tâche de sang sur le drapeau français.

L’Algérie quant à elle, n’a jamais reconnu les dizaines de milliers de tortures et d’assassinats dont elle s’est rendu coupable après ce soit disant cessez-le-feu !

Christophe Arnould

« Le parcours des Harkis et de leurs familles », jusqu’au début du mois de mai, Hôtel de Ville de Saint-Etienne