Saint-Étienne : Perdriau victime de son communautarisme

share on:
Capture d’écran 2017-10-31 à 09.03.28

Polémique : Laurent Wanquiez a proposé lors d’une émission radiodiffusée d’emmener un journaliste en voiture pour lui faire toucher du doigt le communautarisme. Il a indiqué que les meilleures destinations près du Puy (sa commune) seraient Saint-Étienne et Firminy.

Les maires des deux villes ligériennes, MM Perdriau et Petit, respectivement LR et communiste se sont violemment indignés. Monsieur Perdriau allant jusqu’à remettre en cause son soutien à Monsieur Wauquiez dans la perspective des élections pour la présidence LR.

Pourtant, selon nos informations, Monsieur Wauquiez a parfaitement raison. Il suffit de se promener à Saint-Étienne par exemple pour comprendre l’ampleur des dégâts.

La ville pourrait bientôt compter plus d’habitants étrangers ou issus de l’immigration que de Stéphanois historique. Monsieur Perdriau le sait bien : il organise méthodiquement le communautarisme afin de se constituer une réserve d’électeurs.

Monsieur Perdriau a promu les repas de substitution dans les cantines municipales, il a inauguré plusieurs lieux de prière musulmans, il a voté pour une ristourne lors de la vente d’un terrain à une entité turque pour la réalisation d’une mosquée. Il a prêté des salles communales pour des réunions communautaires. Il a nié la délinquance dans les quartiers. Il a mis à la disposition des partisans de l’Islam un abattoir rituel pour la fête de l’Aïd…sans compter les aides multiples aux organisations complaisantes.

Pas plus tard qu’il y a quelques jours, dans le quartier de Montreynaud, une association coranique s’étant rendue coupable d’étendre illégalement son local, la mairie s’est empressée de régulariser la situation en produisant un permis de construire !

Même s’il est difficile de croire à la détermination de Monsieur Wauquiez dans le domaine de l’immigration et de l’identité, il n’en reste pas moins qu’il a raison pour Saint-Étienne, et sans doute pour Firminy, deux cités où se répand le clientélisme, et le communautarisme.

Pendant ce temps, Monsieur Perdriaux habite loin du problème sur une petite commune rattachée près du parc du Pilat !