Saint-Etienne-les-Trois-Mosquées

share on:
mosquee

De Gaulle exprimait sa crainte de voir son fief transformé en Colombey-les-Deux-Mosquées si d’aventure on intégrait l’Algérie à la France. Ironie du sort : la France a bradé l’Algérie, et on a plein de mosquées. C’est très vrai à Saint-Étienne où bientôt par la volonté des municipalités successives, il y en aura bientôt trois !

Gaël Perdriau (les Républicains) vient de poser la première pierre d’un centre culturel turc. Il marche ainsi dans les pas de son prédécesseur socialiste qui aura tout fait pour que ce centre voie le jour, cédant à un vil prix un terrain communal de près de 6000m2.

Comme on le sait, la notion culturelle de ce type de projet ne sert qu’à amuser la galerie. C’est surtout la salle de prière intégrée au bâtiment, ainsi que les classes où seront dispensées les formations idéologiques qui constituent l’essentiel de l’investissement.

Saint-Étienne disposera ainsi bientôt de trois centres coraniques aussi vastes que tapageurs : La Grande Mosquée Mohammed VI, financée par la Maroc qui en est propriétaire, la Mosquée salafiste de Montreynaud qui trône au centre d’un quartier constitué de 80% de musulmans (un Molenbeek à la française), et bientôt le fameux centre culturel turc.

Les maires qui se succèdent depuis quelques années à Saint-Étienne se sont disputé le vote musulman à travers un clientélisme effréné.

C’est toutefois Monsieur Perdriau qui aura sans doute le plus contribué à la communautarisation de la ville. Ses initiatives dans ce domaine sont particulièrement spectaculaires : accueil de migrants, menus spécifiques dans les cantines, création d’un abattoir rituel, subvention à des organisations immigrationistes…

L’inauguration du « centre culturel turc » est le dernier geste en date qui marque une dérive regrettable pour une ville qui se métamorphose : les quartiers monohéthniques s’entendent, les Stéphanois qui le peuvent partent, l’immobilier s’effondre, les magasins ferment les uns après les autres…

Saint-Étienne paie au prix fort l’hypothétique réélection de son édile.