Saint-Étienne, La Turquie pavoise

share on:
turc

Recep Tayyip Erdoğan savoure le referendum qui lui promet un pouvoir sans partage pour les années à venir. Pour fêter ça, il a même prévu d’organiser d’autres consultations. L’une viserait à réhabiliter la peine de mort, la seconde de déterminer le bien-fondé d’une participation de son pays à l’UE. Le leader ottoman ne semble pas à une incohérence prêt ! Rappelons au passage que ce pays n’a pas vocation à rejoindre une organisation européenne puisqu’il s’agit d’un territoire essentiellement situé en Asie Mineure. Sa très hypothétique participation n’est de toute façon pas espérée. En effet, la Turquie devient de plus en plus religieuse. Partager son destin avec 75 millions de musulmans à la démographie galopante ne serait sans doute pas la perspective la plus heureuse pour une très grande majorité de continentaux !

Pourtant, à Saint-Étienne, la Turquie pavoise. Il faut dire que la ville, et plus globalement le département de la Loire, abrite une communauté particulièrement abondante. C’est certainement pourquoi depuis quelques années l’Association Culturelle turque organise un festival. Cette année la manifestation se déroulera du 28 avril au 1er mai sous les auspices d’une municipalité prompte à flatter les communautarismes. N’est-ce pas cette municipalité qui valide, sur le site internet du Parc des Expositions : « Ce festival s’inscrit dans le champ d’action de l’ACTS qui a toujours organisé des manifestations tendant à faire découvrir et partager les valeurs de la Turquie au travers sa gastronomie, sa culture, ses chants et ses danses ».

Certes, le pays aurait bien des atouts touristiques. Mais de quelles valeurs parle-t-on, celles qui concernent la négation du génocide arménien, celles qui inspirent la séquestration des opposants ou alors celles qui encouragent la violence sur les minorités  ethniques ?

C’est lors de ce festival, en 2016 qu’était intervenu un prédicateur musulman du nom de Nihat Hatipoğlu en langue turque. En effet, même si les organisateurs mettent en avant l’artisanat et la cuisine, nul doute qu’un tel rassemblement s’avère propice à la communautarisation des populations concernées. Car enfin, que doit-on penser de ces manifestations qui font l’apologie d’une nation étrangère pour le moins critiquable, et la promotion d’une religion exogène dont on mesure chaque jour la potentielle dérive ?

Saint-Étienne est aussi l’endroit où ont débuté les travaux pour la réalisation d’un centre culturel turc sur un terrain cédé par la commune, rue Florent Evrard. L’édifice en question abritera bien sûr une mosquée de 800 mètres carrés et tout un dispositif coranique.

Bref, on le comprendra, à Saint-Étienne, la Turquie est à la fête.