Sécurité : deux élus FN interpellent François Hollande à Bourg-en-Bresse

share on:
Maxime Chaussat Conseiller Régional et Jérôme Buisson Conseiller Municipal (FN)

Le 12/07/2916, à l’occasion de l’inauguration du nouveau Palais de justice de Bourg-en-Bresse, François Hollande s’est vu remettre un courrier signé Maxime Chaussat, conseiller régional de l’Ain, et Jérôme Buisson, conseiller municipal de la ville.

Cette missive, également adressée au Garde des Sceaux présent sur les lieux, dénonce l’insécurité grandissante sur le département de l’Ain et fustige la politique gouvernementale en la matière.

Citant le cas du gendarme grièvement blessé en service par un motard en date du 19/06/2016 à Lagnieu, et la remise en liberté immédiate de l’auteur des faits sur instructions du Parquet de Bourg-en-Bresse, les deux élus soulignent l’augmentation très nette de l’insécurité dans le département.

Jérôme Buisson et Maxime Chaussat, par ailleurs Sécrétaire Départemental du front National de l’Ain, affirment dans la lettre remise au Chef de l’Etat qu’un « nouveau tribunal, inauguré entre champagne et petits fours, ne sert à rien sans une (…) politique pénale volontariste« , rappelant que « la sécurité est la première des libertés« .

La cérémonie quant à elle fut marquée par la présence d’un important dispositif de sécurité, alors que le public n’a pas répondu présent, visiblement désintéressé par ce genre d’inauguration. Le besoin de sécurité, en revanche, est quant à lui fortement ressenti.

Publiées jusqu’en octobre 2015 par l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ), les statistiques sur la délinquance par département avaient mise en exergue l’augmentation sans précédent des violences faites aux personnes dans le département de l’Ain comme partout ailleurs sur le territoire.

Afin de palier à cette situation, le Ministère de l’Intérieur a décidé de… changer la méthode de comptabilité des statistiques en la matière, lançant une plateforme nommée Interstats donnant des tendences basées sur neuf indicateurs, qui curieusement présentent les données de manière nettement moins détaillées en mettant l’accent sur certaines améliorations à l’échelle nationale (exemple : tendance à la baisse des cambriolages le dimanche).

Ainsi, la volonté de rassurer semble avoir pris le pas sur celle d’assurer concrêtement et efficacement la sécurité des français, au grand damme de celles et ceux qui subissent au quotidien et de plein fouet les conséquences de cette politique, y compris, l’actualité le montre, les membres des forces de l’ordre.

Sébastien JALLAMION