La Talaudière, prison où règne le racisme antifrançais ?

share on:
Prison de la Talaudière

Le témoignage de Cédric dans les colonnes du Progrès est édifiant. Ce récidiviste, incarcéré à la Talaudière pour défaut de permis vit un enfer. Racket, menaces, pressions diverses, il se dit victime d’un racisme antifrançais.

Il est curieux que le Progrès se fasse l’écho de la situation de ce prisonnier ; le journal n’est pas coutumier des sorties politiquement incorrectes ! Pourtant, on peut lire ce jour un article de Marie Perrin, très édifiant et loin de la doxa habituelle. Il y est question d’un dénommé Cédric contraint par ses codétenus à trafiquer de la drogue. Le prisonnier français indique qu’il ne pouvait pas se soustraire, craignant pour sa sécurité. Une première tentative de refus lui avait déjà valu plusieurs points de suture et un nez cassé. Il sollicita donc son épouse qui réussit à lui faire passer les stupéfiants au parloir. La manœuvre ayant été découverte, il vient d’écoper de six mois de sursis et de deux ans de mise à l’épreuve. Il semble d’ailleurs que le juge ait été assez clément, sans doute sensibilisé par le désespoir de ce prisonnier aux abois.

Cette affaire d’intimidation et de racisme confirme ce que certains chiffres plus ou moins confidentiels indiquent : il y aurait 70 ou 80% des détenus étrangers ou d’origine étrangère dans les prisons françaises. Le Washington Post indiquait voilà quelques années que les prisonniers musulmans représentaient 60 à 70% des détenus, alors qu’ils n’étaient que 12% dans la population ! Qu’en est-il aujourd’hui, et comment ne pas faire de lien entre immigration et délinquance ?

Christophe Arnould