Terrorisme : des noms !

share on:
Nicolin

Monsieur Nicolin, Maire de Roanne, apprend par les journaux qu’un ancien employé de la Ville est devenu bourreau pour DAESH en Irak. L’individu, Rachid Kassim, s’est en effet livré sur une vidéo de DAESH à une longue diatribe anti-française, avant d’égorger 2 prisonniers. Un immonde barbare qui, il y a quelques années encore, était employé comme éducateur au service scolaire de la Mairie de Roanne ( !) Yves Nicolin dit s’inquiéter en outre que le terroriste puisse revenir un jour en France. Il ne serait effectivement pas le premier.

Le Maire se plaint du manque de communication entre les élus locaux et les services de l’Etat. Il a ainsi demandé à la Préfecture des précisions sur  sanglante affaire Kassim sans obtenir de réponse. Il n’avait pas eu plus de succès d’ailleurs, lorsqu’il avait sollicité du Préfet Sudry (aujourd’hui Directeur de Cabinet du Ministre Baylet NDLR) les noms des « fiché S » à Roanne. Monsieur Sudry avait refusé de les lui donner.

Cette cacophonie semble extrêmement curieuse et sans doute préjudiciable à la lutte que nous devons mener contre les Islamistes. Il est vrai que les autorités, comme les médias, rechignent à communiquer les noms des délinquants ou des terroristes. Peut-être ceux-ci sont-ils très connotés, mais nous sommes en guerre, il ne s’agit plus de faire la politique de l’autruche. La population et plus encore les élus doivent être rigoureusement informés. Chacun sait que dans une guerre, le renseignement revêt une importance capitale. Monsieur Nicolin a raison de dire : « À force de vouloir défendre les libertés individuelles, on ne peut plus protéger convenablement les citoyens. J’exige que l’État prenne ses responsabilités car la colère monte un peu partout dans le pays ».

Christophe Arnould