Les velléités artistiques de Taubira

share on:
Capture d’écran 2017-03-24 à 15.26.24

Olivier Py, a déterminé d’organiser la prochaine édition du festival d’Avignon autour de l’Afrique. De l’avis même de son concepteur, cette 71ème édition sera « engagée ». On laissera à olivier Py sa notion de la culture au service de causes militantes ; elle ne nous intéresse guère. On connaît en effet les marottes de ce personnage, et ses combats d’arrière-garde contre le «fléau» patriote et les succès du Front National. Ce qui importe dans le domaine du spectacle vivant se manifeste avant tout dans l’émotion que chacun peut y ressentir, et ce, quelques soit le vecteur ou la discipline concernée. Loin donc des apologues spécieux d’artistes politisés, une conception qui nous semble aussi surannée que la pantomime ou la pétomanie !

Mais, pour Olivier Py, il s’avère toujours adapté d’insuffler des suggestions idéologiques à une programmation. Outre donc quelques réalisations théâtrales au message bien senti, l’éhonté a-t-il choisi pour l’édition 2017 du festival de solliciter Christiane Taubira pour intervenir durant la manifestation.

L’ex-Garde des sceaux viendra ainsi déclamer des textes de Jaurès ou d’Hugo… ainsi que, plus regrettable, de sa propre production. Il sera question de démocratie, de féminisme, d’antiracisme, bref de bien-pensance. N’oublions pas que Madame Taubira se croit percluse de talent. Elle serait poète (ou poétesse), tribun (ou peut-être tribune) de haute volée : elle ne doute de rien.

Ceux qui voudraient (on les comprend) éviter la phraséologie débilitante de la ministre déchue devront donc s’éloigner du jardin Ceccano où doit avoir lieu, chaque jour à midi, l’opération de propagande,

Ceci étant dit, on préfère Christiane Taubira saltimbanque plutôt que ministre, cela a moins de conséquence ; même si elle n’a que peu de crédibilité dans aucun des deux rôles.

Festival d’Avignon 2017, du 6 au 26 juillet