LAGNIEU : Un gendarme grièvement blessé, l’auteur des faits laissé libre

share on:

Le 18/06/2016, à 21h30, un gendarme de 26 ans en fonction à la Brigade Territoriale de Lagnieu dans l’Ain a été délibérément percuté par un motard le laissant pour mort avant de prendre la fuite.

Les faits rappellent étrangement un cas similaire qui s’est produit dans la banlieue de Grenoble le 08/05/2016 : un gendarme de 49 ans ayant été grièvement blessé après avoir été percuté par le conducteur d’un scooter de grosse cylindrée lors d’une opération de contrôle routier. Le conducteur et son passager, tous deux mineurs, avaient été interpellés et déférés devant le Procureur de la République de Grenoble.

Cette fois, il en fut tout autrement autrement… Voici le résumé des faits :

Alors que le jeune gendarme de Lagnieu, qui ambitionnait par ailleurs d’intégrer le Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN), se dirigeait vers la caserne en vue d’une intervention, porteur de sa tenue règlementaire, son attention fut attirée par le comportement d’un chauffard conduisant une moto et circulant à vive allure en pleine agglomération, doublant deux véhicules de manière dangereuse.

Le gendarme s’est positionné sur le bord de la chaussée et a effectué les gestes règlementaires afin d’intercepter le véhicule et de procéder au contrôle de son conducteur, lequel, selon plusieurs témoins, a alors volontairement percuté le membre des forces de l’ordre, qui a tenté de l’esquiver en vain, avant de prendre la fuite.

Grièvement blessé au tibia gauche et souffrant d’un traumatisme crânien, le gendarme a été conduit en urgence à l’hôpital Desgenettes où il a subi plusieurs interventions chirugicales. Ses jours ne sont plus en danger, et une ITT provisoire de 90 jours lui a été prescrite. Il est probable qu’il ne pourra jamais intégrer le corps d’élite du GIGN…

L’auteur des faits quant à lui s’est présenté le lendemain à la Brigade Territoriale d’Ambérieux-en-Bugey, où il a naturellement été placé sous le régime de la garde à vue.

Le Procureur de la République de Bourg-en-Bresse, a donné pour instructions à l’Officier de Police Judicaire en charge de l’enquête de… libérer l’auteur le jour même avec une simple convocation en justice devant le Tribunal Correctionnel pour le 04/11/2016.

Cet individu dont il appert, au vu des éléments recueillis lors de l’enquête, qu’il a pour le moins été l’auteur de violences volontaires avec arme par destination sur une personne chargée de l’autorité publique et d’un délit de fuite, pourra donc passer ses vacances tranquillement en famille pendant que sa victime devra se remettre de ses blessures.

Par ailleurs rien ne garantit qu’il se présentera à son procès.

Cette « décision » de justice insupportable nous rappelle à quel point les gendarmes, à l’instar des policiers, exercent un métier dangereux, qu’ils risquent leur vie au quotidien pour assurer notre sécurité, et que lorsqu’ils tombent, parfois, victimes de ceux qui ne respectent rien ni personne, il y aura toujours un membre du Parquet, seul à décider de l’opportunité des poursuites, pour faire preuve de clémence, pour ne pas dire de laxisme.

Un exemple de plus de ce qui génère un fort sentiment d’impunité chez certaines personnes, à une période où le nombre de policiers et gendarmes blessés en service atteint un niveau record.

Sébastien JALLAMION