Ardèche : nos racines chrétiennes souillées par des musulmans

share on:

A l’heure où de hauts responsables politiques dénigrent les racines chrétiennes de l’Europe, il convient d’apporter un éclairage sur une réalité que l’on nous tait : les symboles de nos racines chrétiennes sont la cible de vandalisme même au coeur de nos campagnes.

La cathédrale Saint-Vincent de Viviers, en Ardèche, est le siège du diocèse de la commune depuis le IVème siècle. Elle est classée au titre des monuments historiques depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, et les évèques de Viviers y sont inhumés.

Nous avons pu constater que la façade du bâtiment a fait l’objet de dégradations, sans qu’aucun média ne communique sur la question, et pour cause : cela nuirait au sacro-saint « vivre ensemble » martelé par la classe politique au seul usage de ceux qui subissent tous les outrages : les français dits de souche.

Leila, Yanis, Laid (etc...) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent
Leila, Yanis, Laid (etc…) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent (Photo Francis Gruzelle pour Rhône Alpes Info)

En effet, preuves à l’appui, les auteurs de ces dégradations, matérialisées par des gravures faites à même la pierre de la cathédrale, ne sont visiblement pas des chrétiens.

Nassim, Driss, Krime, Mentour (Etc...) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent
Nassim, Driss, Krime, Mentour (Etc…) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent (Photo Francis Gruzelle pour Rhône Alpes Info)

Si l’appartenance à une religion ne se déduit pas nécessairement d’un prénom, il est des évidences qu’il faut arrêter de fuir : les auteurs, qu’ils soient ou non pratiquants, appartiennent à la communauté musulmane.

Lamia, Yannis, Driss, Fayçal (etc...) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent
Lamia, Yannis, Driss, Fayçal (etc…) gravé sur la façade de la cathédrale Saint Vincent (Photo Francis Gruzelle pour Rhône Alpes Info)

Au delà du fait que s’il s’était agi d’une mosquée, le scandale aurait été national, et les cris à l’islamophobie grandissante relayés par tous les médias, il convient de préciser que l’exemple de Viviers, commune de moins de 4000 habitants, est symptomatique d’un phénomène passé sous silence : la haine de tout ce que nous sommes, matérialisée ici par une atteinte volontaire à un symbole, qui plus est sacré.

Que se passerait-il si des occidentaux chrétiens commettaient ce genre d’exactions à l’encontre des lieux de cultes des pays musulmans ? A l’évidence il y aurait une vive réaction, par ailleurs légitime et les médias et la classe politique de ces régimes ne tenteraient pas d’étouffer l’affaire.

Il est à noter enfin que ces dégradations ne datent pas d’hier, et que cette haine de l’occident transmise de génération en génération au sein d’une partie de notre population pourrait expliquer en partie les raisons pour lesquelles elle a tant de mal à s’intégrer.

Ne comptez pas sur la presse traditionnelle pour vous le dire. En revanche vous pouvez compter sur nous pour vous informer.

Sébastien JALLAMION